Christine Passerieux,  Numéro 16,  Quand le libéralisme se saisit de l'école

Maternelle : l’obligation scolaire, promesse d’inégalités

Comment ne pas se réjouir de l’attention portée à l’école maternelle quand le président de la République lui-même en décrète l’importance jusqu’à la rendre obligatoire et abaisser l’obligation d’instruction de 6 à 3 ans dès la rentrée 2019. Il en a ainsi « décidé » (sic) en mars 2018 et l’Assemblée nationale a voté cette mesure que le ministre qualifie de « marqueur républicain » de son école dite de la confiance. Mais qu’en est-il de la république, et de l’avenir de son école maternelle, dans ce qui est une nouvelle réforme du système éducatif ?

Derrière l’annonce, une rhétorique de communication conjugue de grandes formules incantatoires (la réussite de chacun… mais pas de tous !), des « omissions » sur la situation réelle de l’école maternelle (fréquentation, assiduité, nature des difficultés rencontrées pour entrer dans l’univers scolaire, conditions d’apprentissage et d’enseignement, formation des personnels…), et aussi des conceptions de l’école maternelle et de ses missions.

Quelques mises au point s’imposent

Fréquentation

Il y a fort longtemps que les parents d’élèves ont compris l’importance de l’école maternelle dans le développement de leur enfant. Les chiffres l’attestent : 795 000 enfants de 3 ans sont scolarisés à la rentrée 2016, soit 97% à 98% de la classe d’âge. Actuellement environ 25000 enfants ne sont pas scolarisés, soit moins de 2,5 % de leur classe d’âge et parmi eux, entre autres, des enfants en situation de handicap, qui ne peuvent être accueillis faute d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) dans les écoles. 100% des enfants sont scolarisés à partir de 4 ans[1]Paul Devin, « L’obligation scolaire à trois ans: aucun effet sur la démocratisation de la réussite ! », Blog Médiapart, 26/07/2018. Ce taux plein pour les enfants de 4 et 5 ans est stable depuis les années 1970.

A la rentrée 2017, 90 % des enfants de maternelle sont scolarisés dans le public, ce qui représente 2 522 282 enfants alors qu’il y en avait 300000 dans le privé. En observant une carte des académies on ne peut que constater des disparités territoriales. Les plus criantes concernent Mayotte et la Guyane, qui faute de places, ne peuvent accueillir en maternelle que 70% des enfants concernés. L’obligation scolaire ne changera rien à cette situation dégradée, d’autant moins que le ministère n’a pas prévu de plan pour que ces départements soient enfin à égalité avec les autres en matière d’éducation !

Enfin, il n’est plus question de la scolarisation des moins de 3 ans, dont le taux a reculé de 4% à la rentrée 2017.

Encadrement

La France se situe dans les pays qui ont les taux d’encadrement parmi les plus bas (derrière le Chili et le Mexique) : 53,6% des classes comptent plus de 25 élèves par classe, et 5,6 % plus de 30. Le défenseur des droits lui-même alerte sur ce taux d’encadrement qu’il faut améliorer de manière significative afin d’assurer au mieux la mise en œuvre des programmes[2]Rapport annuel d’activité remis au président de la république. 19/11/2018.

“ La France se situe dans les pays qui ont les taux d’encadrement parmi les plus bas ”

Or la rentrée 2019 sera marquée par le manque de postes, et plusieurs académies n’auront aucune création. Comment alors accueillir les 25000 élèves potentiellement supplémentaires en petite section sachant qu’il faudrait créer 800 postes sur la base de 25 élèves par classe ? Chiffre beaucoup trop élevé pour cette tranche d’âge.

Assiduité

L’obligation prévue par la loi est une obligation d’instruction, qui peut être donnée à l’école publique, à l’école privée ou dans les familles[3]Code de l’Éducation, L.131-2. L’argument du ministre selon lequel cette loi permettrait de lutter contre l’absentéisme ne tient pas au regard des faits. Des moyens réglementaires existent déjà pour éviter les absences injustifiées et de nombreux enfants de petite section font la sieste chez eux faute de locaux pour les accueillir correctement. Par ailleurs aucune recherche, aucun rapport de l’institution ne signalent de problèmes sérieux d’assiduité et moins encore leurs potentielles incidences sur les résultats scolaires. L’instruction à domicile fait l’objet de contrôles par l’institution. Et les enseignants vont sans doute regretter que le ministre ait omis de leur donner les outils d’évaluation dont il est si friand pour mesurer les acquis du socle dès la petite section !

Alors révolution ou réaction ?

De nombreux travaux convergent (qu’ils émanent de la recherche universitaire[4]voir les travaux d’Elisabeth Bautier, Stéphane Bonnéry, Sylvie Cèbe, Christophe Joigneaux, Véronique Boiron, Elisabeth Mourot…. ou de l’institution[5]Rapport Claus Bouysse, L’école maternelle, 2011) pour faire le constat que l’école maternelle ne profite pas à tous les enfants de la même manière. Et que la difficulté à entrer dans les apprentissages scolaires peut avoir des effets délétères à long terme. Mathias Millet et Jean-Claude Croizet ont montré[6]Mathias Millet, Jean-Claude Croizet, L’école des incapables ? La maternelle, un apprentissage de la domination, La Dispute, 2016 que les enfants les moins connivents avec l’école se sentent très tôt disqualifiés à cause de leur éloignement de la culture scolaire, font très tôt l’apprentissage douloureux de l’infériorité, et se trouvent enfermés dans un état d’inquiétude scolaire, incompatible avec l’idée même d’apprentissage.

“ C’est le rôle de l’école maternelle qui est remis en cause, qui comme première étape de la scolarisation a pour mission première, fondamentale, de doter tous les enfants des outils requis pour devenir élèves. ”

Alors que les différences ne peuvent se réduire à des caractéristiques individuelles mais relèvent de constructions sociales, dans et hors l’école, le ministre affirme, contre toute avancée scientifique sur la plasticité du cerveau, l’existence de talents différents. Cette naturalisation des différences a pour effet d’une part de faire porter à chaque enfant la responsabilité de ses éventuelles difficultés ou échecs, mais aussi d’évacuer la fonction de service public de l’école, pour tous, devenant l’école pour chacun. Ce faisant c’est le rôle de l’école maternelle qui est remis en cause, qui comme première étape de la scolarisation a pour mission première, fondamentale, de doter tous les enfants des outils requis pour devenir élèves. Ils ont à apprendre l’école pour apprendre à l’école[7]Elisabeth Bautier (dir.), Escol. Apprendre à l’école pour apprendre l’école. Des risques de construction d’inégalités dès la maternelle, Chronique Sociale, 2006. On voit mal comment l’obligation scolaire pourrait faire reculer l’échec des enfants issus des classes populaires puisque manifestement, alors qu’ils sont très massivement scolarisés, fréquenter l’école ne suffit pas à y apprendre. Les véritables causes de cet échec ségrégatif, peut-être moins visible mais tout aussi prégnant que dans l’ensemble du cursus, ne sont aucunement interrogées. Plus grave encore, les conditions d’apprentissage et d’enseignement avec des effectifs beaucoup trop lourds vont s’aggraver, et la formation tourner le dos à une véritable professionnalisation (mise sous tutelle des centres de formation, réduction de la formation aux « fondamentaux », contractualisation et formation professionnelle au rabais).

Alors pourquoi abaisser l’âge d’instruction obligatoire à 3 ans à la rentrée 2019 ? LA raison c’est l’obligation de financement des écoles maternelles privées sous contrat par les collectivités locales. Car depuis la loi Debré de 1959 les municipalités doivent également financer les écoles publiques et les écoles privées sous contrat. Ainsi, alors que les collectivités sont confrontées à des contraintes budgétaires de plus en plus lourdes dues au désengagement de l’état, elles vont devoir financer les écoles maternelles privées sous contrat (locaux, matériel, personnel ATSEM). Des sommes considérables sont en jeu que le président du Réseau français des villes éducatrices évalue à 150 millions d’euros.

“ Au nom de l’égalité cette décision est une institutionnalisation de l’inégalité. ”

L’école publique va se trouver ainsi privée de financements car les collectivités vont devoir désormais répartir ce qui était destiné au service public d’éducation. Cela ne peut qu’aggraver les disparités territoriales déjà à l’œuvre et les inégalités criantes d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre. Au nom de l’égalité cette décision est une institutionnalisation de l’inégalité.

Ce cadeau au privé est à double détente car il ne peut qu’alimenter le marché scolaire. Ainsi l’engouement pour les écoles estampillées Montessori, ou plus généralement « innovantes » ou encore « alternatives » qui n’a longtemps concerné que les classes moyennes ou supérieures, atteint maintenant les parents des classes populaires inquiets de voir leurs enfants regroupés dans des écoles publiques où les conditions d’accueil et d’enseignement se dégradent et où la crainte de l’échec crée une véritable insécurité. Les études sociologiques montrent que le développement des écoles privées favorise l’entre soi social, participant de ce fait à une ghettoïsation des écoles publiques.

Il s’agit donc bien de défendre l’école maternelle publique car elle seule peut garantir l’égalité… à condition de la transformer afin de garantir un accès égal aux savoirs.

Christine Passerieux
Carnets Rouges

Références   [ + ]

1. Paul Devin, « L’obligation scolaire à trois ans: aucun effet sur la démocratisation de la réussite ! », Blog Médiapart, 26/07/2018
2. Rapport annuel d’activité remis au président de la république. 19/11/2018
3. Code de l’Éducation, L.131-2
4. voir les travaux d’Elisabeth Bautier, Stéphane Bonnéry, Sylvie Cèbe, Christophe Joigneaux, Véronique Boiron, Elisabeth Mourot….
5. Rapport Claus Bouysse, L’école maternelle, 2011
6. Mathias Millet, Jean-Claude Croizet, L’école des incapables ? La maternelle, un apprentissage de la domination, La Dispute, 2016
7. Elisabeth Bautier (dir.), Escol. Apprendre à l’école pour apprendre l’école. Des risques de construction d’inégalités dès la maternelle, Chronique Sociale, 2006