Corps, éducation et société,  Numéro 15,  Patrick Lamouroux

L’EPS engage-t-elle nécessairement à la compétition et la concurrence ?

En matière d’activités physiques, les avis concernant la place que doit occuper la compétition sont rarement nuancés. Pour ses laudateurs, elle est une source de dépassement, de perfectionnement, de connaissance personnelle. Selon ses détracteurs, elle crée des hiérarchies, sélectionne, inhibe, exacerbe l’agressivité ou nourrit des rapports de domination.[1]Pascal Bordes, Les contre-pieds de la compétition, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 18

La compétition sportive repose sur un modèle duel qui définit, dans le cadre de règles, un rapport gagnant-perdant pour la quête d’un but. Au nom d’une égalité des chances des compétiteurs, les rencontres sportives reposent sur une multitude de catégories instaurant des séparations de sexes, d’âges, de présence ou non de handicaps physiques, etc. Ainsi, elles semblent permettre au plus compétent des adversaires de sortir vainqueur de la confrontation. Il apparait important, au contraire, de promouvoir une dynamique qui repose sur l’émulation des participants, rejette les catégorisations arbitraires au profit d’une participation de toutes et tous et propose des solutions basées sur la prise en compte, par les joueurs eux-mêmes, de l’équité des rapports de force. Interroger d’autres formes inscrites dans l’histoire des Hommes peut permettre de penser des alternatives aux modèles dominants. Cette démarche refuse de délimiter la culture sportive par l’ensemble des pratiques physiques en vigueur ou en vogue, dans notre société et dans notre temps. Elle s’inscrit ainsi dans une approche culturaliste et anthropologique, prenant en compte les contextes politiques, sociétaux et historiques qui ont fait naître, croître, se concurrencer ou disparaître des modalités de confrontations différentes. La référence aux seules pratiques compétitives actuelles du sport de haut niveau, renforcée par leur spectacularisation, amène à admettre comme allant de soi et inévitable la logique qui veut que seul « le meilleur gagne ». Ceci est d’une forte influence sur les pratiques scolaires en EPS, tant sur les enfants que sur les enseignants. Trop peu nombreux sont ceux qui font aujourd’hui des propositions explicites de traitement de la compétition et qui tiennent les deux pôles inséparables de sa contradiction, sa potentialité éducative mais simultanément sa capacité « destructrice » pour certains élèves.[2]Christian Couturier, La compétition : un « impensé » en EPS ?, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 2.

Compétition, émulation ?

Par mille canaux, notre société nous amène à croire que le moteur de la vie est la compétition [3]Albert Jacquard, Abécédaire de l’ambiguïté, Paris, Seuil 1989, p 39, selon un mythe pseudo-darwiniste du progrès humain, envisagé à l’aune de la mise en rivalité des individus ou des groupes. Chacun comprend aisément l’intérêt de cette doxa si ceux qui cherchent à la favoriser entendent l’étendre au social, justifiant ainsi les raisons des multiples dominations existantes. Pourtant comme le développe Albert Jacquard, le ressort fondamental, dans l’histoire des humains, est l’émulation. Dans le cadre scolaire, il est essentiel de distinguer compétition et émulation. Le premier terme se définit par la recherche simultanée par deux ou plusieurs personnes d’un même avantage, d’un même résultat. Le second est caractérisé par le sentiment qui porte à égaler ou à surpasser quelqu’un en compétence, en savoir. A quelles conditions des situations de compétition, à l’école, pourraient-elles contribuer à la réussite de toutes et tous puisqu’elles impliquent un gagnant et un très grand nombre de perdants ? Ou, du moins, comment encore faire vivre des situations où les élèves puissent perdre sans leur ôter l’espoir de gagner, puissent être en échec sans perdre espoir de réussir, puissent se comparer pour se dépasser et donc mieux apprendre ?[4]Jacqueline Marsenach, L’enquête de la DEPP, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 4 Dans l’école, ce qui est essentiel est bien le fait d’orienter vers un désir d’apprendre. Or, gagner n’est pas réussir car si le gain renvoie au seul résultat de la confrontation, la réussite renvoie aux progrès qui résultent des apprentissages. Ainsi, il devrait être tout à fait possible de réussir… sans parvenir à gagner mais cette dynamique ne va pas de soi. L’institution scolaire à travers l’éducation physique et sportive transpose, en son sein, cette primauté accordée à la motricité compétitive. (…) Au final, l’éducation physique de la jeunesse est en grande partie une éducation par la compétition. Certes, les compétitions motrices ne sont pas dénuées d’intérêt et le premier d’entre eux est peut-être de comprendre de l’intérieur, dans l’action, ce qui se joue dans ces oppositions sportives si plébiscitées dans notre société contemporaine. La question est peut-être davantage celle de la place de celles-ci dans le curriculum éducatif. Majoritaires, elles font de l’éducation physique une éducation à l’opposition, peut-être, pour reprendre une interrogation formulée ailleurs par Pierre Parlebas, en légère contradiction avec les valeurs visées à l’école : la solidarité, le vivre ensemble, la coopération. Certes, il arrive parfois (…) que la coopération soit un fait marquant de la compétition. Cependant, elle est toujours soumise à l’opposition : elle n’a de sens que dans l’opposition.[5]Fabien Gracia, Jouer la gagne, Vers l’Education Nouvelle, Revue n° 542 avril 2011 p 39

EPS, sport, activités physiques ? D’autres alternatives historiques ?

Une approche socio-historique des activités physiques met en évidence des pratiques qui, soit ont disparu, soit ont perdu le sens qu’elles portaient à une époque donnée, soit perdurent actuellement mais sont méconnues. Leur analyse nous semble extrêmement fructueuse car l’on sait bien quel est l’effort caractéristique du métier d’historien et qui lui vaut sa saveur : s’étonner de ce qui va de soi.[6]Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris Seuil 1978, p 56 Les pratiques physiques incarnent, d’une manière plus ou moins explicite, les contextes dont elles sont le produit. Elles sont issues de valeurs sociétales et, en retour, participent de leur diffusion. Au cours de l’histoire, les humains ont inventé des systèmes de rééquilibrage des différences, appliqués à des confrontations pourtant destinées à dégager un vainqueur. Le grand public connaît par exemple la formule « course handicap » pratiquée dans les courses hippiques. Parce que le turf repose sur un système de pari, l’incertitude du résultat est fondamentale. L’intérêt du pari s’effondre si le cheval est supposé tellement fort que le résultat semble déjà connu. Les chevaux reçoivent donc des handicaps de poids ou de distance supplémentaires qui doivent ainsi compenser les différences et fonder l’énigme du résultat. Le tennis a aussi connu, dès son origine, des formes de « classement handicap » similaires, mais aussi le golf, ou encore la voile. Ce qui nous intéresse ici est l’existence d’une convention qui relie les pratiquants, assure la durabilité de leur lien par la reconnaissance mutuelle de leur différence de compétence et recherche une forme d’équité.

Norme, règle ?

Que retenir de ce « retour en arrière » ? Ce qui est en jeu est la question de la règle. Est-elle ce qui s’impose à nous de l’extérieur ou peut-elle être objet de négociation, de convention, car c’est son contenu qui nous relie et détermine ainsi les rapports sociaux ? L’évolution des règlements est l’expression d’un changement de norme, voire de paradigme. En ce sens, elle n’est pas neutre et elle témoigne des valeurs en vigueur dans un contexte donné. Modifier le type de règle ou ouvrir la possibilité à la création de nouveaux types de contrats dans un groupe donné peut-il contribuer à créer les conditions de l’apparition d’un autre rapport entre personnes ? La réussite de tous n’est-elle pas conditionnée en premier lieu par ce qui relève du « jouer ensemble », autrement dit, peut-on apprendre et progresser malgré ou au prix des autres ? Doit être questionné le fait que la compétition ludomotrice se réduise à l’affrontement pur et dur du duel qui inonde le sport. La compétition se prête en réalité à de multiples formes de confrontations partageantes, différentes du duel, qui entremêlent à plaisir l’opposition et la coopération, et qui peuvent souvent donner le beau rôle à la solidarité. Les jeux sportifs qui ont la faveur d’une société, représentent une sorte de moule qui préfigure le modèle des conduites relationnelles que cette société souhaite promouvoir. En quelque sorte, l’enfant intériorise ainsi les normes sociales que la société aimerait qu’il mette en œuvre bientôt dans sa future vie de citoyen. N’y a-t-il pas un étonnant hiatus entre la morale du duel et la morale officielle de notre société ?[7]Pierre Parlebas, Jeux paradoxaux et compétition partageante, Vers l’Education Nouvelle, Revue n° 542 avril 2011, p 60

Les défis « coopétitifs », une alternative dans le cadre de l’école ?

Nous avons expérimenté, au cycle 3, une formule appelée « les défis coopétitifs » [8]Patrick Lamouroux / Equipe départementale EPS du Tarn, Une EPS au service de l’équité, Editions Revue EPS 2012. Elle repose sur un système ludique de variables qui, dans le cadre d’une confrontation, permet au groupe qui mène au score d’agir sur le rapport de force, soit en donnant un avantage à l’autre groupe, soit en s’attribuant un handicap. Si le rapport de force entre les deux équipes change, du fait de la nouvelle règle, un nouveau tirage contribue, en cours de partie, à une forme d’équilibre-déséquilibre sans cesse modifiée. Le plaisir de gagner s’ancre sur le caractère incertain du résultat et celui qui mène au score découvre deux nouvelles sources de plaisir : celui de relever un défi plus difficile et celui d’aider l’équipe adverse à mieux réussir. La dynamique ludique, la redistribution fréquente des gains participent ainsi d’une dédramatisation des résultats. Le défi que l’on lance à un autre devient un défi que l’on se lance à soi-même. L’adversaire est également celui qui nous aide à progresser et non celui que l’on cherche simplement à vaincre. Une dimension décisive vient élever une différence entre la notion de compétition et celle de victoire remportée comme fruit d’obstacles surmontés. C’est quand la compétition se fait comme victoire remportée sur les autres, contre les autres et non pas avec les autres, grâce aussi aux autres.[9]Odette Bassis, Sortir des ornières de l’ordinaire, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 50 Les règles du défi représentent, pour les enfants les moins compétents, une forme de mesure de justice, dont l’application est effectuée par les plus forts. Il s’agit que ces derniers prennent plaisir à rééquilibrer le rapport de force momentané afin, soit d’aider les autres à progresser, soit de désirer se dépasser en remettant leur victoire en jeu dans une confrontation plus difficile, donc plus valorisante. Le sens originel anglo-saxon du mot « challenge », à la différence du mot « compétition » illustre le sens du défi à relever. L’enjeu est d’importance dans le cadre de l’école car l’éducation doit être une sorte d’aide apportée à de jeunes êtres humains pour qu’ils apprennent à utiliser les outils d’élaboration de la signification et de la construction de la réalité, pour qu’ils parviennent à mieux s’adapter au monde dans lequel ils se trouvent et pour les aider à lui apporter les améliorations qu’il requiert.[10]Jérôme Brunner, L’éducation, entrée dans la culture, Retz, 1996, p 36. C’est la fin de cette citation qui est, à notre sens, la plus oubliée.

Patrick Lamouroux
professeur agrégé d’EPS.

Références

Références
1 Pascal Bordes, Les contre-pieds de la compétition, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 18
2 Christian Couturier, La compétition : un « impensé » en EPS ?, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 2.
3 Albert Jacquard, Abécédaire de l’ambiguïté, Paris, Seuil 1989, p 39
4 Jacqueline Marsenach, L’enquête de la DEPP, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 4
5 Fabien Gracia, Jouer la gagne, Vers l’Education Nouvelle, Revue n° 542 avril 2011 p 39
6 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris Seuil 1978, p 56
7 Pierre Parlebas, Jeux paradoxaux et compétition partageante, Vers l’Education Nouvelle, Revue n° 542 avril 2011, p 60
8 Patrick Lamouroux / Equipe départementale EPS du Tarn, Une EPS au service de l’équité, Editions Revue EPS 2012
9 Odette Bassis, Sortir des ornières de l’ordinaire, Revue Contre-pied n° 23 mars 2009, page 50
10 Jérôme Brunner, L’éducation, entrée dans la culture, Retz, 1996, p 36.