Numéro 23

Recherche et mémoire autour de la revue « L’École et la Nation »

La revue L’école et la Nation (É&N ci-après) est parue de 1951 à 1999, avec une périodicité mensuelle. Elle était publiée par le Parti communiste français à destination du monde éducatif au sens large : école, formation professionnelle, périscolaire, pratiques culturelles enfantines, loisirs et vacances, éducation parentale… Elle a aussi, bien plus largement, accueilli des contributions de diverses personnalités scientifiques ou intellectuelles sur les questions éducatives et culturelles.

Elle a constitué l’un des pôles principaux du débat politique sur l’éducation durant la IVe et la Ve Républiques, ainsi que sur les questions internationales dans le cadre d’une rubrique récurrente.

Les archives de l’É&N peuvent être une source pertinente pour appréhender ce demi-siècle d’histoire de l’éducation en ne se limitant pas seulement aux sources produites par les partis au pouvoir ou par les technocrates qui sont privilégiées par certains historiographes.

Ces archives constituent une documentation rare pour interroger l’évolution de l’affrontement politique en matière éducative, et pour saisir comment des idées contradictoires ont été débattues en vue ou au moment de leur pénétration dans l’École. De plus, un certain nombre de questions et de problèmes formulés dans cette revue sont toujours présents dans le débat sur l’école aujourd’hui. Ainsi, les Carnets rouges ont récemment évoqué des textes parus dans cette revue, comme ceux de Lucien Sève contre l’idéologie des dons. C’est même un enjeu, car l’identification que d’autres choix étaient possibles dans le passé permet de mieux rendre visible que des conceptions opposées sur l’éducation sont encore à l’œuvre aujourd’hui.

C’est dans cet objectif qu’un projet est né, coordonné par Stéphane Bonnéry, en partenariat entre le laboratoire de celui-ci, CIRCEFT-ESCOL / Université Paris 8, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon et la Fondation Gabriel Péri.

Des archives numérisées et mises à disposition des chercheurs et des citoyens

Pour permettre la constitution d’un fonds d’archives, une démarche a été entreprise auprès d’anciens abonnés et d’anciens responsables de la revue. Des legs d’importante quantité (Maurice Perche et Pierre Roche notamment), avec des compléments, ont permis de réunir 75% des numéros.

Si parmi les lecteurs des Carnets rouges certains peuvent faire des legs pour compléter les numéros manquants, n’hésitez pas à prendre contact : revue.ecole-nation@gabrielperi.fr

Afin de compléter cette collection, des démarches sont entreprises auprès de bibliothèques publiques qui disposent d’une partie de la collection pour leur emprunter les numéros manquants et les numériser avant restitution.

La collection déjà constituée a été numérisée par la MSH de Dijon. Dans un premier temps, elle est mise à disposition de l’ensemble des chercheurs, professionnels ou non, ou des acteurs qui conduisent des projets, sur le site de la MSH. D’ici une à deux années, ces numéros scannés seront accessibles librement sur la bibliothèque du mouvement communiste et ouvrier, le site de la Fondation Gabriel Péri : https://gabrielperi.fr/bibliotheque/numerique-du-mouvement-communiste/

Cette publication en ligne permettra à chacun de consulter des articles sur la diversité des sujets traités, étudiables par les chercheurs (si vous êtes intéressé, voir l’adresse courriel ci-dessus).

En effet, l’étude de ses archives peut intéresser les spécialistes de l’histoire des réformes des disciplines scolaires, des contenus d’enseignement, du système éducatif et de ses segments, des diplômes et formations professionnelles, de l’insertion, etc. Elle est également utile aux analyses de la continuité et du renouvellement des controverses scolaires (démocratisation et inégalités, explication de « l’échec » entre biologie, rapports sociaux, contextes et conditions pédagogiques, etc.). Elle permet de réfléchir aux conceptions de l’enfance, des scolarités ou encore de l’éducation par les pratiques culturelles (lecture, arts, sport, sciences, loisirs, etc.).

Sur un plan plus large, elle donne à voir les relations entre forces politiques, syndicales et associatives (pédagogiques, parents d’élèves…). Elle est un outil pour appréhender les spécificités de la situation scolaire en France en regard de la situation politique et économique internationale (pays socialistes et capitalistes). Elle est aussi une source pour identifier la place d’une catégorie d’intellectuels (les enseignants des différents degrés) dans un parti initialement centré sur la classe ouvrière et dans les évolutions de ses orientations militantes et programmatiques.

Contrairement aux logiques impulsées par les agences qui pilotent la recherche, il n’y a pas ici de mise en concurrence, mais la coopération entre des chercheurs, la mise à disposition d’un corpus sans contrepartie autre que d’être invité à présenter ses résultats.

Un séminaire avec des chercheurs et des témoins

En lien avec cette numérisation et l’exploration du corpus par les chercheurs, un séminaire de recherche est mis en place, dans la durée, pour présenter les résultats des recherches conduites sur ce corpus et apporter le regard de témoins. Les deux premières séances, en juin 2021, ont été filmées et peuvent être consultées. La première séance a porté sur le contexte de sa création en 1951, durant la guerre froide et les enjeux électoraux en France truqués par les lois électorales. La deuxième séance a ciblé son propos sur la rubrique des livres et des arts (théâtre, cinéma) à destination de l’enfance qui a contribué à la notoriété de la revue, notamment sous la plume de Natha Caputo et Bernard Épin.

Les séances de l’année scolaire 2021-2022 sont en cours de programmation, avec des chercheurs et des témoins de la période, notamment : « Le PCF et les réformes gaulliennes de l’école », « La bataille idéologique contre le fatalisme pédagogie. Contre les dons, les rythmes, le handicap socio-culturel, etc. », « Freinet dans l’É&N », « politique et syndicalisme dans la revue », « Bourdieu, les communistes et l’école », « La formation professionnelle dans l’É&N », « Questions pédagogiques et enjeux politiques », « Les réformes de démocratisation de l’enseignement : projets de droite et projets de gauche », « La maternelle », « La bataille pour la décolonisation », etc.