Lectures Jeunesse,  Numéro 7

Comment vivre ensemble quand on ne vit pas pareil ?

Comment vivre ensemble quand on ne vit pas pareil ?
Ouvrage collectif, Éditions la ville brûle, mai 2016.

Professeurs et lycéens du lycée le Corbusier d’Aubervilliers se sont engagés dans l’aventure de « l’Anthropologie pour tous », assistés par des ethnologues, des anthropologues, des sociologues venus partager démarches et restitutions de leurs recherches avec de jeunes lycéens.

La collection « jamais trop tôt » des éditions La ville brûle semble faite sur mesure pour le compte-rendu de cette expérience : tout d’abord parce qu’elle prend le pari, tenu également par l’équipe enseignante du lycée, que point n’est besoin de reléguer au post-bac ni à des études spécialisées la confrontation avec ces disciplines pour peu qu’on ait le talent et l’envie de les mettre à portée d’un public adolescent. Ensuite parce qu’elle sous-tend une visée militante, affirmée en quatrième de couverture : « Faisons ensemble un grand pas de côté pour nous découvrir, nous accepter et finalement comprendre, grâce aux sciences sociales, que la société dans laquelle nous vivons peut et doit être construite à partir de nos différences, et non contre elles »

Comme dans les ouvrages précédents de cette collection, chaque court chapitre s’efforce de répondre clairement à une question précise. Tantôt il s’agit d’éclaircir une notion : qu’est-ce que l’anthropologie, qu’est-ce qui différencie mythologie et religion, qu’est-ce que la mémoire collective, etc. ? Tantôt il s’agit, pour une réflexion qui n’est jamais menée hors sol, d’interroger de manière critique et sans complaisance ce qui est trop souvent présenté comme allant de soi : la République est-elle construite sur des mythes ? Les valeurs de la République sont-elles universelles ? Pour s’intégrer à une nouvelle culture, faut-il remettre la sienne en cause ?

Si certains passages peuvent paraître un peu ardus pour être livrés en lecture totalement autonome, la conception du livre permet une approche non linéaire, qui peut se compléter et s’enrichir au fil du temps ou d’un accompagnement pédagogique.

Parmi les contributions des élèves qui proposent un retour vivant sur cette expérience, retenons cette joyeuse conclusion d’une d’entre eux : « J’ai appris et compris les cultures d’origine de mes camarades, on a rigolé, on s’est entraidés, on s’est compris » : pour ce que rire est le propre de l’Homme, comme le disait si bien Rabelais !