Erwan Lehoux,  Numéro 11,  Questions vives

Éducation : La gratuité, une question politique !

L’éducation est-elle vraiment gratuite, au sens où chacun peut en bénéficier sans contrepartie ? Nous avons tous déjà été confrontés, comme militants, à un contre-argument banal : l’éducation, comme tout service public d’ailleurs, n’est pas gratuite puisque nous la finançons par nos impôts.

C’est qu’il convient de dissocier le coût du prix. L’éducation a effectivement un coût, loin d’être négligeable d’ailleurs, pris en charge par la collectivité, c’est-à-dire par la contribution de tout un chacun. En revanche, l’éducation n’a pas de prix. Cela permet de dissocier la participation de chacun au financement de l’école du service dont il bénéficie effectivement pour lui ou ses enfants. C’est l’application de la célèbre maxime « chacun selon ses moyens, chacun selon ses besoins  ». Les justifications apportées à ce procédé ne manquent pas mais toutes ne portent pas en elles le même potentiel de subversion. En effet, en se plaçant sur le terrain de l’adversaire et en rentrant dans son jeu, nous ouvrons parfois la brèche à une remise en cause de la gratuité. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous nous proposons de recenser certaines des justifications communes avant de leur apporter une critique.

Des justifications économiques à la gratuité ?

Prenant les économistes néoclassiques à leur propre jeu – celui du marché –, certains chercheurs[1]Voir par exemple la conférence de Geneviève Azan, « Du processus de Bologne à la L.R.U, une catastrophe annoncée », donnée le lundi 23 mars 2009 à l’Université de Toulouse 2 le Mirail. Vidéo disponible en ligne : https://www.dailymotion.com/video/x8rxrj, à partir de 35e minute. ont aisément démontré que le savoir serait un bien a-économique ou anti-économique dans la mesure où son prix ne pourrait qu’être nul. En effet, lorsque je vends un bien classique tel qu’une pomme, j’obtiens en échange une compensation pécuniaire mais je perds l’utilité directe de la pomme puisque je ne peux alors la manger. En revanche, si, comme professeur, je vends un savoir, j’obtiens en échange une compensation pécuniaire tout en conservant l’utilité directe de ce savoir puisque je ne l’ai pas perdu au cours du processus. Ainsi le savoir a-t-il la propriété de se multiplier lorsqu’il est échangé. Dès lors, le nombre d’individus en mesure de vendre le savoir en question est nécessairement croissant. Autrement, tandis que l’offre tend vers l’infini, la demande reste constante. Cette dernière est alors en position dominante puisqu’elle peut faire jouer la concurrence entre des offreurs de plus en plus nombreux, si bien que le prix du savoir tend vers zéro. Selon cette démonstration, le savoir serait par essence un bien différent des biens classiques. L’éducation, par extension, le serait aussi et devrait donc demeurer gratuite. Cependant, au-delà de la modélisation mathématique en apparence irréfutable, cette démonstration souffre de n’être pas suffisamment politique. De sorte qu’elle n’apporte pas d’arguments pour répondre à ceux qui défendent une politique d’enclosure – sous la forme de brevets par exemple – qui permet précisément de forcer la mise en marché du savoir malgré cette caractéristique a priori essentielle. Or, l’éducation apparaît précisément comme la principale clé de l’accès aux savoirs. À ce titre, elle peut alors devenir un moyen de contrôler ou de restreindre l’accès aux savoirs afin de constituer des marchés. Si les frais d’inscription sont un moyen évident d’opérer, la sélection à l’œuvre à l’école, liée aux difficultés scolaires face auxquelles nous ne sommes pas tous égaux, l’est aussi, de manière plus pernicieuse mais peut-être plus efficace encore. D’ailleurs, la montée en puissance du marché du soutien scolaire, montre qu’il n’est pas nécessairement besoin de fixer des frais d’inscription pour que l’éducation devienne un marché économiquement profitable.

L’une des définitions économiques des biens publics stipule que ces derniers auraient comme caractéristique de bénéficier davantage à la collectivité qu’à l’individu qui le possède ou le consomme. Souvent cités, y compris par les militants qui entendent défendre l’école, deux bénéfices majeurs peuvent être identifiés. Le premier est d’ordre économique, fort du constat selon lequel l’élévation du niveau d’éducation sur un territoire alimente la croissance et favorise le développement. Le second, davantage anthropologique, insiste sur les effets de l’éducation en matière de cohésion sociale. Autant d’externalités positives qui justifieraient la prise en charge collective des coûts de l’éducation. Ma critique ne consiste pas à nier les effets positifs de l’éducation pour la collectivité – bien au contraire ! – mais à souligner les limites voire les dangers d’une comparaison entre les bénéfices individuels et les bénéfices collectifs de l’éducation. En effet, ce discours participe malgré lui à légitimer le fait de demander à chacun de contribuer en fonction de ce bénéfice personnel espéré, en complément du financement public.

La gratuité comme condition de la justice sociale ?

Mais c’est encore la question de la justice sociale qui est la plus souvent posée avec celle de la gratuité de l’éducation. Par l’impôt, un couple fortuné sans enfant contribuera davantage au financement de l’éducation qu’un couple plus démuni avec plusieurs enfants. Il y a l’idée, assez largement partagée, au moins à gauche, que, pour faire société, il est juste de demander davantage aux plus riches. L’éducation, comme tout service public, participerait ainsi de la redistribution des richesses. Une redistribution d’autant plus importante qu’elle concerne les nouvelles générations. Il ne s’agirait donc pas simplement, par la redistribution des plus riches vers les plus pauvres, de corriger l’inégale répartition des revenus, mais surtout de donner à tous les enfants la même chance de réussir et de s’élever socialement, peu importe l’origine sociale. En définitive, plus précisément que de justice sociale, c’est d’égalité des chances et de fluidité sociale qu’il s’agit. La gratuité de l’école apparaît alors comme la pierre angulaire de la méritocratie. Or, non seulement, nous ne partageons pas l’idéal méritocratique car il ne remet aucunement en cause l’existence d’une classe dominante, mais, de surcroît, cette justification de la gratuité n’a plus de sens dès lors que les enfants ne sont pas égaux à l’école et que cet idéal, a contrario, a plutôt tendance à légitimer voire à renforcer les inégalités sociales d’origine pour mieux les reproduire.

D’où un contre-argument souvent entendu. L’école est inégalitaire de sorte que les enfants issus des classes populaires en bénéficient moins ; d’ailleurs, ils font en moyenne moins d’études que les enfants issus des classes plus favorisées. Inversement, ces derniers bénéficient davantage de l’école : ils poursuivent leurs études plus longtemps, suivent davantage d’options et s’inscrivent plus souvent dans des filières d’excellence telles que les classes prépa. Si bien que, en moyenne, l’éducation d’un enfant issu des classes populaires coûte moins cher à l’État que l’éducation d’un enfant issu des classes favorisées. Soit dit en passant, cette observation permet de balayer d’un revers de main l’idée selon laquelle les classes moyennes seraient étouffées par les impôts alors qu’elles n’auraient le droit à rien. De fait, ce sont elles qui ont le plus bénéficié de la démocratisation scolaire[2]Voir, en particulier, les travaux de Camille Peugny., grâce à laquelle elles ont pu sinon améliorer leur position sociale du moins la maintenir. Les classes prépa, de même que les écoles d’ingénieur publiques telles que l’INSA, en sont d’excellents exemples.

Cependant, cette même observation amène certains à proposer l’instauration de frais d’inscription progressifs à l’entrée des écoles, modulés en fonction des revenus des parents le plus souvent[3]C’est par exemple ce que propose l’association pour la Qualité de la science française (QSF). Voir la Note de QSF pour la « Stratégie nationale de l’enseignement supérieur », 21 mai 2014. En ligne : http://www.qsf.fr/2014/05/21/note-de-qsf-pour-la-strategie-nationale-de-lenseignement-superieur/. Selon ses tenants, un tel système serait plus juste en cela qu’il permettrait de faire payer les bénéficiaires du service public d’éducation tout en prenant en compte leur situation sociale. De fait, ce serait une manière d’éviter le phénomène de redistribution inverse tout en permettant l’accès de tous à l’éducation. Dans un entretien accordé à Carnets rouges, Éric Martin réfute cette proposition en rappelant que c’est d’abord par la progressivité de l’impôt que nous pouvons assurer la redistribution des richesses et non en proposant des tarifs différenciés à l’entrée des services publics[4]Voir interview d’Éric Martin, « La “gratuité” scolaire. Un combat plus que jamais d’actualité », Carnets rouges n°9, Quel service public pour l’éducation, janvier 2017, pp. 30-31.4. En outre, une telle mesure constituerait un terrible renoncement à l’égalité puisqu’elle consisterait à prendre acte des inégalités en matière de réussite scolaire plutôt que de lutter contre et d’affirmer le tous capables.

La gratuité, perspective communiste

Plus encore, la gratuité est pour les communistes un principe et non pas seulement un outil. Rappelons les définitions du terme gratuit. C’est, dans son sens premier, ce qui est donné/réalisé ou ce dont on peut profiter/jouir sans contrepartie pécuniaire. Par extension, gratuit est aussi un synonyme de désintéressé. Dans ce sens second, est gratuit ce qui n’est pas fondé, ce qui n’est pas justifié, mais aussi ce qui constitue une fin en soi. En cela, la gratuité s’oppose à l’utilitarisme. Précisions qu’en anglais, gratuit est traduit par free, qui signifie également libre. Voilà un rappel somme toute assez banal qui, cependant, n’est pas anodin. En effet, nous ne pouvons pas envisager la question de la gratuité d’un point de vue strictement économiciste ; nous devons la penser dans un cadre philosophique plus large.

Or, au-delà du jeu rhétorique, il y a bel et bien un lien entre la gratuité de l’éducation et la question politique dans ces différents sens. C’est parce que l’éducation n’est pas un service marchand qu’elle peut être détachée de ses finalités, en particulier en matière d’emploi. Faire payer l’éducation engendrerait nécessairement de la part des élèves et de leur famille un calcul utilitariste de type coût/bénéfice, facilité par la multiplication d’indicateurs divers quant aux chances de réussite en fonction de son origine sociale et de son parcours antérieur, quant aux débouchés existants et quant aux futurs salaires qu’il est envisageable d’espérer, etc. Les frais d’inscription apparaissent alors comme un mécanisme performatif, permettant la mise en pratique de la théorie du capital humain, transformant l’éducation en un investissement, l’élève en un entrepreneur de lui-même[5]Voir, notamment, Christian Laval et al., La nouvelle école capitaliste, La Découverte, Paris, 2011.. Chacun serait en effet en position d’exiger d’en avoir pour son argent et ses choix seraient guidés par les opportunités – d’emploi notamment – offertes. Plus fondamentalement, la gratuité de l’éducation souligne que cette dernière relève avant tout d’un choix collectif et non pas individuel ; de fait, elle est une condition de son caractère obligatoire et laïque. C’est elle encore qui nous permet de revendiquer la culture commune comme finalité primordiale de l’éducation.

De l’urgence de défendre la gratuité

À première vue, la gratuité de l’éducation n’est pas le principe qui est aujourd’hui le plus menacé. On aurait pourtant tort de ne pas y accorder l’attention qu’elle mérite tant elle souffre de failles, nombreuses, dans lesquelles s’engouffrent notamment des entreprises en quête de marché. Nous pourrions évidemment citer le transport ou le coût de la rentrée scolaire, qui sont autant de dépenses indispensables à la charge des familles, contribuant à remettre en cause la gratuité. Mais pensons, également, au soutien scolaire, qui représente désormais un marché de deux milliards d’euros environ. La pratique est assez massive puisque l’on peut estimer qu’environ un élève sur trois y a recours à un moment ou un autre de sa scolarité. Cependant, ce chiffre cache d’importantes disparités en fonction de l’origine sociale des élèves[6]Voir Erwan Lehoux, « Le soutien scolaire, un outil au service de l’égalité ? », Carnets rouges n°2, L’Égalité, ça se construit, Janvier 2015, pp.34-36.. Or, loin de s’y attaquer frontalement, l’État subventionne très largement le développement de ce marché en accordant aux familles des crédits d’impôts couvrant la moitié des frais engagés.

Plus flagrant encore, n’oublions pas notre vieux combat contre l’enseignement privé. Dans le primaire comme le secondaire, l’opposition entre l’école privée et l’école publique, si elle n’est pas nouvelle, a toutefois changé de perspective. La question confessionnelle n’est en effet plus au centre du débat, comme l’ont montré Sébastien Léger et Gabriel Langouët[7]Voir, notamment Langouët Gabriel et Léger Alain, Le choix des familles. École publique ou école privée ?, Editions Fabert, Paris, 1997, et Langouët Gabriel et Léger Alain, École publique ou école privée ?, Trajectoires et réussites scolaires, Éditions Fabert, Paris, 1991, 1994., puisque le choix de l’école participe plus encore aujourd’hui qu’hier à une stratégie scolaire tout à fait consciente de la part des parents, qui renforce les inégalités. Quant au supérieur, il est aujourd’hui très concerné, avec une multiplication des frais d’inscription dans certains établissements, privés mais aussi publics pour certains, tels que Dauphine ou Science Po. La tendance internationale laisse craindre le pire. Pour s’y opposer, il convient entre autres d’analyser une distinction, sans cesse ravivée par les libéraux, entre, d’une part, l’éducation obligatoire, qui serait celle de la culture commune ou, pire, des fondamentaux, qui, de ce fait, devrait demeurer gratuite, et, d’autre part, l’enseignement supérieur pensé exclusivement comme une formation professionnelle de haut niveau, qui échapperait à cet impératif. En effet, celui-ci profiterait avant tout aux individus, fort de la théorie du capital humain, et devrait être considéré comme un investissement personnel. C’est bien parce que la gratuité est pour nous un principe, seul à même de garantir non seulement l’accès de tous à l’éducation mais aussi de préserver la pluralité des savoirs et leur potentiel critique, qu’il convient de défendre la gratuité de l’enseignement, y compris supérieur. Répéter, comme le font certains syndicats étudiants par exemple, que chaque année d’étude supplémentaire permet d’améliorer la productivité des travailleurs est en effet un argument dangereux car il enferme les savoirs dans un utilitarisme mortifère. Dès lors, pourquoi financer les filières qui ne participent pas effectivement – ou dans une moindre mesure – à l’augmentation de la productivité ?

La gratuité de l’éducation est un combat qui repose sur le statut même des savoirs dans notre société. Nous devons défendre ces derniers comme des biens communs, donc inappropriables – économiquement parlant ! ”

Bref, la gratuité de l’éducation est un combat qui repose sur le statut même des savoirs dans notre société. Nous devons défendre ces derniers comme des biens communs, donc inappropriables – économiquement parlant ! Au contraire, le devoir des pouvoirs publics est alors de garantir la gratuité des savoirs, donc sortir des logiques du marché les activités qui concourt à leur production ainsi qu’à leur circulation. À ce titre, il convient d’affirmer la gratuité de l’éducation – et de la réaliser effectivement, depuis les transports scolaires jusqu’aux fournitures indispensables – mais aussi de lutter contre la sélection scolaire afin de permettre à tous de s’approprier la culture commune et des savoirs complexes. Ainsi, la gratuité ne saurait être pensée qu’en termes économiques, car elle ne prend son sens que dans le cadre d’une politique en faveur de l’égalité et de l’émancipation.

Erwan Lehoux
Professeur de SES

Références

Références
1 Voir par exemple la conférence de Geneviève Azan, « Du processus de Bologne à la L.R.U, une catastrophe annoncée », donnée le lundi 23 mars 2009 à l’Université de Toulouse 2 le Mirail. Vidéo disponible en ligne : https://www.dailymotion.com/video/x8rxrj, à partir de 35e minute.
2 Voir, en particulier, les travaux de Camille Peugny.
3 C’est par exemple ce que propose l’association pour la Qualité de la science française (QSF). Voir la Note de QSF pour la « Stratégie nationale de l’enseignement supérieur », 21 mai 2014. En ligne : http://www.qsf.fr/2014/05/21/note-de-qsf-pour-la-strategie-nationale-de-lenseignement-superieur/
4 Voir interview d’Éric Martin, « La “gratuité” scolaire. Un combat plus que jamais d’actualité », Carnets rouges n°9, Quel service public pour l’éducation, janvier 2017, pp. 30-31.
5 Voir, notamment, Christian Laval et al., La nouvelle école capitaliste, La Découverte, Paris, 2011.
6 Voir Erwan Lehoux, « Le soutien scolaire, un outil au service de l’égalité ? », Carnets rouges n°2, L’Égalité, ça se construit, Janvier 2015, pp.34-36.
7 Voir, notamment Langouët Gabriel et Léger Alain, Le choix des familles. École publique ou école privée ?, Editions Fabert, Paris, 1997, et Langouët Gabriel et Léger Alain, École publique ou école privée ?, Trajectoires et réussites scolaires, Éditions Fabert, Paris, 1991, 1994.