Lectures Jeunesse,  Numéro 20

Le lapin facteur | Olga Lecaye & Nadja

Le lapin facteur,
Olga Lecaye & Nadja,
L’école des loisirs, 2001

Littérature jeunesse présentée par Christine Passerieux.

Les ouvrages de Olga Lecaye et Nadja font partie des classiques de la littérature pour enfants. Et comme tous les classiques, ils n’ont pas pris une ride. Univers sensible, belles images en pleine page à la gouache où l’on retrouve la grande forêt très présente dans l’univers d’Olga Lecaye.

Martin est un lapin qui distribue le courrier dans la forêt. Il est attendu par ses amis lors de ses tournées, l’ours, la souris, l’écureuil qui lui offrent des cadeaux. C’est un lapin heureux « jusqu’au jour où il se passa quelque chose de terrible ». Car au moment de partir et vérifiant qu’il avait bien mis toutes les lettres dans sa sacoche, il découvre qu’elles ont disparu. Elles restent introuvables malgré ses recherches. Honteux, convaincu que personne ne le croira, il décide de fuir loin de la forêt mais s’y perd. Un bruit l’intrigue. Il découvre alors une femme lisant toutes les lettres qu’il croyait perdues. Et cette femme n’est autre que la Sorcière Blanche, réputée pour dévorer les petits animaux. Il ne peut se sauver car le chien de la sorcière le prend dans sa gueule et le dépose devant elle. Totalement terrifié il est ainsi mené dans la maison où la sorcière l’invite à sa table. Il se cache mais le chien est bien dressé et Martin se retrouve face à la sorcière, convaincu que sa dernière heure est venue. Mais malgré la peur, il écoute avec attention la « sorcière » qui se révèle être une femme souffrant de la solitude et qui dérobe les lettres du facteur pour les lire, pour se sentir moins triste. Elle les lit comme si elles lui étaient destinées. L’échange entre la sorcière malheureuse et le lapin facteur terrorisé promet une fin heureuse. Le lapin facteur l’invite chez lui où la « sorcière » rencontre tous ses amis. Désormais elle n’a plus besoin de dérober les lettres et elle n’est plus seule.

Peurs d’enfant, honte de soi et de la faute que l’on n’ose avouer, tristesse liée à la solitude, stigmatisation de celles ou ceux qui sont différents, force de la rumeur… Tous ces thèmes traversent un récit qui avance au pas à pas des émotions du petit lapin tout en maintenant le suspense jusqu’au dénouement.